2000

À tombeau ouvert

Si les accidents de la route sont liés à de nouvelles mobilités, à la qualité des infrastructures et des véhicules, à l'efficience des politiques de prévention et de sanction, etc., ils le sont également à des comportements sociaux et culturels sur lesquels la société doit se réinterroger. Rien ne sert d'incriminer les pouvoirs publics plus que les conducteurs ou inversement. La reconnaissance de l'autre et la conscience d'un bien collectif ne sont pas l'affaire exclusive de l'éducation ou de la justice. Une politique de la sécurité routière ne se forge pas uniquement sur les routes. C'est ce que tentent de montrer les textes rassemblés dans cet essai. Comme en contre-point, des témoignages de victimes ou responsables d'accidents ainsi que de leurs proches nous rappellent à la réalité de la violence de la route, nous confrontent à la mort, au handicap, à la souffrance. Et nous ordonnent l'absolu respect des règles et de l'autre, non en termes édifiants et convenus, mais avec force et sobriété. Parce qu'ils savent ce qu'ils ont perdu. Parce que la route, en France, tue plus de 20 personnes par jour, dont un tiers de jeunes. Avec des photographies et des témoignages réalisés par Raymond Depardon. Et un entretien avec Raymond Depardon.

Broché

22 x 15 cm

179 pages

  • Facebook
  • Instagram