Picto document_Plan de travail 1.png

Dégager l'écoute

Capter les paroles que l'on entend peu, celles des internés, des paysans, des repris de justice, garder trace des dialectes sur le point de s'éteindre, libérer un espace pour les faire entendre : dégager l'écoute, c'est une exigence esthétique, politique mais aussi technique. Une exigence que Claudine Nougaret et Raymond Depardon ont mis au cœur de leur travail documentaire commun. L'une au son. L'autre à l'image. De l'hôpital psychiatrique de San Clemente à la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris, du chipaya à l'occitan. Délicatesse, vigilance, discipline, pudeur, en font une œuvre cinématographique indispensable. 70 photos et un texte inédits ouvrent la porte de leur atelier. Quand la prise de son est au cœur d'une façon d'être au monde : un manifeste et une boîte à outils.

2019

Broché

11 x 18 cm

128 pages

L.A. 82

En 1982, Hollywood est en pleine mutation. Les Cahiers du cinéma décident de consacrer un numéro spécial aux États-Unis, construit sur des rencontres avec des réalisateurs, des acteurs, des scénaristes, des producteurs, etc. On dépêche sur place une petite équipe, logée dans le légendaire Tropicana Motel, et Serge Toubiana a la magnifique idée de faire accompagner la mission par Raymond Depardon. Celui-ci participe à certains rendez-vous, mais il en profite pour errer dans la ville et mitrailler, attentif, curieux, en quête d’épiphanies. Portraits, scènes de rue, affiches et vitrines, décors, studios, réunions, voitures, lieux mythiques, il tient une sorte de journal de bord photographique. De son côté, le futur cinéaste Olivier Assayas, alors très jeune collaborateur de la revue, écrit le journal de ce périple largement improvisé d’un mois et demi, où rien n’est simple mais où tout (ou presque) finit par s’accomplir. Près de quarante ans plus tard, Olivier Assayas a retrouvé ses carnets. Et Raymond Depardon a ressorti toutes ses archives pour faire une sélection d’une bonne centaine d’images. Ensemble, à travers leurs regards croisés, ils nous offrent un formidable voyage dans la Cité des Anges. Préface de Serge Toubiana Avant-propos et journal d’Olivier Assayas Photographies de Raymond Depardon

2019

Broché

19 x 25 cm

224 pages

1/1

USA

Photographe, écrivain et réalisateur, Raymond Depardon semble avoir eu mille vies. L’une d’entre elles s’est déroulée aux États-Unis, où il est retourné à plusieurs reprises tout au long de sa carrière. Il est allé photographier, pour des magazines ou pour lui-même, des moments clés de l’histoire mais aussi des paysages plus contemplatifs, emblématiques du continent américain. Cette ouvrage, qui réunit pour la première fois l’ensemble de ces photographies, accompagne l’exposition éponyme présentée aux Rencontres d’Arles du 2 juillet au 23 septembre 2018.

2018

Relié

21 x 28,2 cm

180 pages

Paysages d'architecture

Une promenade à Issy par Raymond Depardon

Métamorphoses architecturales ; le regard du photographe-documentariste Raymond Depardon s’est attardé sur le paysage d’Issy-les-Moulineaux. Une démarche impulsée par la ville. En couleurs vives, des captures picturales prises à la chambre 20x25 documentent une architecture contemporaine. Des créations emblématiques parmi lesquelles, le « Vaisseau » de Jean Nouvel, le siège de Bouygues conçu par Christian de Portzamparc, l’École française du Barreau imaginée par Jean-Michel Wilmotte ou encore la piscine Feng Shui du Mikou Design Studio. Méthodique, Raymond Depardon suspend une ville en devenir.

2018

Relié

29,1 x 24 cm

78 pages

Japon Express

Une invitation au voyage en 100 photos couleur inédites. Quand Raymond Depardon retourne au Japon lors de deux brefs séjours, en 2016 et 2017, c'est un choc. Il découvre un Japon accessible, à portée de Leica. Il parcourt la ville, s'enfonce dans la campagne, de Tokyo à Kyoto et aller-retour, attrapant à la volée ce qui du pays du Soleil levant s'offre et se dérobe : une palette de couleurs unique, qu’on lui connaît peu, toutes en tons pastel, « formica ». Il erre en amateur, se laisse surprendre – et nous avec.

2018

Broché

11 x 18 cm

128 pages

Glasgow

En 1980, Raymond Depardon réalise une commande pour le Sunday Times sur la ville de Glasgow. Le reportage ne sera jamais publié et les images resteront dans les cartons du photographe jusqu’à l’exposition Un moment si doux au Grand Palais (2013 - 2014). Là, le public découvre une partie de la série Glasgow et s'émerveille : Depardon saisit la lumière d’Écosse comme jamais et sublime la fin d’un monde ouvrier. Les ciels nuageux et les sols détrempés de Glasgow apportent une beauté inouïe à l’errance d’un peuple ouvrier désœuvré, traînant le long des devantures des magasins, marchant contre les murs d’usines ou jouant au pied d’habitations en ruine.

2017

Relié

19 x 26 cm

144 pages

Traverser

Photographe, écrivain et réalisateur, le parcours de Raymond Depardon semble sans limites. En photographie, il a arpenté tous les chemins du réel et de l’imaginaire, de sa ferme natale aux planques de célébrités, du reportage pour la presse à la photographie de rue et au documentaire d’auteur. À travers un parcours rétrospectif, ce livre s’attache à faire ressortir les questionnements permanents du photographe articulés autour de quatre thèmes fondamentaux : la terre natale, les voyages, la douleur et l’enfermement. Ce souci de : faire des images un peu banales, calmes, sans éloquence particulière, mais chargées de sentiment, le conduira alternativement dans l’errance volontaire et dans la production déterminée d’une archive à transmettre pour les temps futurs. Ces photographies sont accompagnées de nombreuses citations du photographe. Pour Raymond Depardon, écriture et photographie sont intimement liées, comme le souligne Agnès Sire dans l’ouvrage : l’écriture, c’est d’abord l’écoute de soi, oser imposer son propre rythme face à ce qui se présente.

2017

Relié

19 x 26 cm

260 pages

Bolivia

Réalisées au cours de cinq voyages effectués entre 1997 et 2015, les photographies réunies dans cet ouvrage révèlent une Bolivie atemporelle, dont les populations rurales et indigènes vivent toujours essentiellement du travail de la terre. Le noir et blanc de Raymond Depardon souligne la beauté âpre des paysages, la dureté des visages des paysans, les silhouettes omniprésentes des femmes, la magie des traditions ancestrales. Des plaines désertiques du Salar d’Uyuni à la sérénité du lac Titicaca en passant par le village montagnard de Tarabuco, Raymond Depardon nous fait vivre un voyage plein d’humanité qui s’achève à Vallegrande, sur les traces du Che Guevara, dont l’image semble s’être inscrite à jamais dans la mémoire collective.

2017

Relié

20 x 26 cm

144 pages

Les Habitants

Je pars sur les routes de France, de Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg. Je vais m’arrêter devant des habitations, des commerces, des places de mairie. Je pars à la rencontre des Français pour les écouter parler. De quoi ? Je ne le sais pas encore.

2016

Relié

11 x 18 cm

160 pages

Adieu Saigon

Raymond Depardon a, durant toute sa carrière, effectué de nombreux voyages au Vietnam. Pour les quarante ans de la libération de Saigon, il réunit ici l’ensemble de ses photographies réalisées entre 1964 et 2014. Cette succession impressionnante d’images constitue une histoire fragmentaire du Vietnam et de la ville de Saigon qui s’est radicalement transformée au fil des décennies.

2015

Relié

15 x 20 cm

224 pages

Depardon-Loustal

Carthagène

Depardon et Loustal sont deux grandes figures de l'image contemporaine. C'est à Carthagène, en Colombie, qu'ils sont partis travailler ensemble. Un "ailleurs" que le fameux photoreporter de l'agence Magnum et le grand illustrateur et auteur de polars voulaient explorer conjointement. Confrontant leurs regards amusés aux scènes de la rue et aux lumières latino-américaines, ils composent un livre mêlant photos, dessins, peintures. Cette collaboration originale et inédite entre le photographe et le dessinateur sera présentée au public sous la forme d'un beau livre et d'une exposition.

2015

Relié

22,5 x 26,7 cm

120 pages

Berlin

Fragment d'une histoire allemande

Dans ce livre, il fait revivre la construction du Mur, les visites de Robert Kennedy et de la reine Elisabeth, le congrès Tunix des intellectuels européens qui marque le début des mouvements alternatifs, la chute du Mur, la ville en friche puis la reconstruction des deux côtés d’une frontière abolie mais jamais complètement effacée, et enfin le Berlin d’aujourd’hui. Moments forts de l’Histoire ou du quotidien des Berlinois, tout est saisi par un regard très personnel qui s’attache d’abord aux hommes et femmes, célèbres ou anonymes.

2014

Relié

23 x 30 cm

288 pages

Méditerranée

Du Liban des années 1960 à Marseille aujourd’hui, en passant par Alexandrie, Valence, les plages de Palavas, Naples et Rimini, Raymond Depardon nous offre un moment si doux en Méditerranée composé de photographies pour la plupart inédites. À l’occasion de l’exposition présentée au MUCEM en 2014, Raymond Depardon s’est replongé dans ses archives et a selectionné plus de 80 photographies prises sur le pourtour méditerranéen. Toujours en prise avec le réel, le photographe pose un regard à la fois aigu et bienveillant sur cette région. Il nous fait revivre, en couleur et en noir & blanc, ce concentré de Méditerranée à travers les époques. Les nouvelles prises de vue en couleur que Raymond Depardon a réalisées à Marseille au printemps 2014 apparaissent en dernière partie du livre. Un texte de Claudine Nougaret complète ce choix photographique et nous invite à suivre les déambulations de Raymond Depardon dans les rues de Marseille.

2014

Relié

25 x 31 cm

112 pages

Le Désert

Allers et retours

De la Mauritanie à l’Érythrée, 50 ans d’aventures, de films, de photographies : Pour Raymond Depardon, le désert est à la fois un refuge, une source d’inspiration et une manière de vivre. On rencontre dans ce livre des Peuls, des Touaregs, des Éthiopiens mais surtout des Toubous au Tibesti, montagne magique entourée de sable de tous côtés, comme une Atlantide. C’est là que Depardon a tourné beaucoup de ses films, là qu’il s’est fait des amis dès l’insurrection des années 1970. Là aussi qu’il a ressenti – et contourné – la difficulté à représenter le désert : « Tu montes sur une dune, tu prends ton appareil, ou ta caméra c’est pareil, et tu te trouves au centre d’un cercle de 360 degrés, tu y vois à une quinzaine de kilomètres et avec le plus grand angle du monde tu ne couvres au maximum qu’un quart de ce cercle… » Ces 120 pages, ces 57 photos en bonne part inédites sont comme un voyage immobile à travers les sables.

2014

Broché

13 x 17 cm

120 pages

Un moment si doux

"Lorsque je photographie en noir et blanc, je m'inscris dans la grande tradition européenne de ciels chargés, de noirs denses et profonds ; je vois au contraire la couleur très claire, lumineuse, et joyeuse surtout. C'est le plaisir de la couleur que montre Un moment si doux". Le Grand Palais consacre une exposition à la photographie en couleur dans l’œuvre de Raymond Depardon, depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui et réalisée en étroite collaboration avec l’artiste. Pour cette exposition, l’artiste a voyagé en Afrique, aux USA, et en Amérique du Sud: photographiant des sujets qui lui sont chers: les grands espaces et la solitude des villes. L’exposition qui réunit plus de 150 photographies dont la plus grande partie est inédite, est la plus importante jamais consacrée à la couleur chez Depardon.

2013

Relié

28 x 24 cm

173 pages

Manicomio

Ce livre comprend 218 photographies. Ces photographies ont été prises de 1977 à 1981 en Italie dans les hôpitaux psychiatriques des villes de Trieste, Venise, Naples, Arezzo et Turin. Un film a été tourné en 1980 dans l'île de San Clemente, en collaboration avec Sophie Ristelhueber. (...) Une exposition de 39 photographies a eu lieu au Palais de Tokyo à Paris en 1984, organisée par le Centre national de la photographie dirigé par Robert Delpire.

2013

Relié

29 x 20

208 pages

Chile 1971

C’est à l’occasion du premier anniversaire de l’élection du président Salvador Allende, en 1971, que Raymond Depardon découvre le Chili, accompagné du secrétaire de rédaction du magazine Zoom, son ami Robert Pledge. Cinq semaines de reportage à la rencontre d’un peuple et de sa terre.

2013

Relié

19 x 26 cm

128 pages

Repérages

Repérages est le premier livre de Raymond Depardon qui donne accès à son travail d’élaboration et de recherche lors de ses reportages photos. Dans une première partie technique, comme une sorte de catalogue commenté, Raymond Depardon nous ouvre son atelier et nous livre ses choix de matériel photographique, et nous dit pourquoi telle chambre plutôt qu’une autre, pour quoi cette lentille ou ce trépied ou ce produit. La seconde partie du livre présente 72 photographies en noir et blanc qui ont servi au travail couleur publié dans L a France (coédition BNF/Le Seuil, 2010) dont on se souvient du succès, où l’on comprend tout l’art du cadrage, le tâtonnement de l’artiste-artisan avant de trouver l’angle idéal. Une sorte de portfolio préparatoire à l’œuvre.

2012

Relié

24 x 19 cm

128 pages

La France de Raymond Depardon

Ce livre est né du désir très ancien de Raymond Depardon de photographier la France, avec vérité, en guettant les traces de l’homme sur le territoire, un peu à la manière dont le photographe Walker Evans - admiré de Raymond Depardon - a photographié les Etats-Unis au début du XXème siècle. Les photographies sont prises, comme au tout début de l’histoire de cet art, à l’aide d’une chambre posée sur un pied, contrainte qui a aidé l’artiste à ne faire qu’ « une » photographie de chaque lieu, à assumer l’angle de vue, à voir frontalement. Raymond Depardon a visité presque toutes les régions de France, dans un fourgon aménagé. Il s’est totalement imprégné des lieux. Il s’est concentré sur les sous-préfectures – espace jusque-là fui par l’artiste, désormais saisi du désir de le comprendre, afin de voir quelle était la relation de l’homme à son espace de vie. L’album regroupe trois cents photographies en couleurs, grand format. Il est assorti d’une préface de Raymond Depardon.

2010

Relié

27 x 30 cm

336 pages

Un aller pour Alger

Alger et Raymond Depardon : un choc, une collision. A 18 ans, ses yeux de grand adolescent capturent les rares images d’une étape marquante de l’histoire de la colonisation. La Ville Blanche est secouée par la guerre d’indépendance. Les images doivent être saisies à toute allure. Saisissantes, elles ravivent cette tumultueuse période de l’histoire d’Alger.

2010

Broché

11 x 18 cm

288 pages

Afrique(s)

Depuis plus de vingt ans Raymond Depardon a parcouru tout le continent africain auquel il a consacré plusieurs films. Il a réalisé ainsi une grande quantité de photographies dont 350 inédites sont présentées dans cet ouvrage. Ces photographies couvrent toute l’Afrique, à travers une présentation non pas par pays mais par associations originales. Ces associations privilégient un rythme soutenu, sans temps d’arrêt, des enchaînements qui montrent la vie au travers de sujets très variés : portraits, villes, paysages, religions, activités sociales et métiers mais aussi des conflits et la misère. A travers ses photographies, exemptes de toute volonté d’esthétiser son propos, Raymond Depardon ne livre aucun jugement sur l’Afrique, aucune thèse. Ce qui relie entre elles ces prises de vue, c’est l’impulsion de l’œil, simplement un regard de photographe et de grand voyageur sur les paysages et les hommes qui peuplent ce continent.

2010

Broché

11 x 18 cm

400 pages

Beyrouth

Centre-ville

Une rencontre : à 23 ans, Raymond Depardon découvre Beyrouth, oasis d’allégresse. Lorsqu’il y revient, en 1978, la ville, dévastée par la guerre, est fascinante. Sous son regard, la ville aimée se balafre et se meurt. Les combats cessent enfin, les ravages sont immenses. Beyrouth telle qu’il l’a connue a disparu. Photographe de réputation internationale, Raymond Depardon a réalisé de nombreux films documentaires dont Reporters, La Captive du désert ou 10e Chambre. Il est aussi l’auteur de Corse, Errance, La Solitude heureuse du voyageur et de Paysans, disponibles en Points. Avec un texte de Claudine Nougaret

2010

Broché

11 x 18 cm

224 pages

Paysans

A seize ans, Raymond Depardon quitte la ferme familiale du Garet pour apprendre le métier de photographe. Le monde paysan, qui peu à peu se délite, hante son travail. Ces 80 clichés alternant le noir et blanc et la couleur, accompagnés des commentaires "précis et imagés" faits par les agriculteurs qu'il a photographiés, sont tout entier habités par la clairvoyance d'une génération qui assiste, impuissante, à sa propre disparition.

2009

Broché

11 x 18 cm

128 pages

La Terre des Paysans

Depuis trente ans, le photographe etdocumentariste Raymond Depardons'intéresse au monde de la terre et de lapaysannerie, dont il est issu. Un livre enforme d'hommage à un univers intemporel,creuset de la société françaisecontemporaine.

2008

Relié

20 x 25cm

160 pages

Le Tour du monde en 14 jours

7 Escales 1 Visa

Raymond Depardon nous donne à voir le monde d’aujourd’hui, ce monde devenu minuscule, par ce tour rapide, presque improvisé, de la planète. De Los Angeles à Honolulu, de Hô Chi Minh-Ville à l’Afrique, il est allé « se perdre et regarder les gens vivre ». Cent vingt photographies sublimes disent l’étrange banalité de cet ailleurs, le souvenir et l’avenir qui se mêlent, et l’incroyable talent de ce « passeur » pas comme les autres.

2008

Broché

11 x 18 cm

160 pages

1/1

1968

Spectaculaire, intime, tragique ou légère, l'année 1968 s'éclaire d'un jour nouveau sous le regard attentif et tendre de Raymond Depardon. De Brigitte Bardot aux jeux Olympiques de Mexico, des manifestations américaines aux premiers affrontements parisiens, plus de cent photos nous racontent, avec une saisissante justesse, l'histoire de cette année pas comme les autres

2008

Broché

11 x 18 cm

176 pages

Manhattan out

Raymond Depardon arrive à New York à l'hiver 1980. Il rends visite à un ami et pour tuer le temps il se promène dans les rues avec son Leica. Il décide de prendre des photos sans jamais regarder dans le viseur de l'appareil photo, travaillant incognito dans les coins et recoins de New York. Il amasse deux ou trois rouleaux par jour, mais à l'époque, il est déçu des résultats. Depardon n'a jamais mentionné ce travail et décide de dévoiler 27 photos dans ce livre inédit. Il a été surpris de découvrir que la plupart de ses sujets étaient conscients qu'ils étaient photographiés. Leurs regards complices vers l'objectif de la caméra imprégnés d'une prétention d'indifférence immortalisent l'esprit et le charme de cette ville unique.

2008

Broché

20.3 x 29.5 cm

120 pages

Terre Natale

Ailleurs commence ici

L’exposition Terre Natale, Ailleurs commence ici, organisée par la Fondation Cartier pour l’art contemporain en 2008, réunit Raymond Depardon, photographe et cinéaste, et Paul Virilio, philosophe et urbaniste, autour d’une réflexion sur les notions d’enracinement et de déracinement et sur les questions identitaires qui leur sont attachées. Le catalogue publié à cette occasion permet d’explorer les problématiques soulevées dans l’exposition. Il donne à voir l’approche affective et identitaire de Raymond Depardon, explorant les continents à la rencontre des hommes attachés à leur terre et à leur langue, à travers une série de photographies réalisées pendant ces voyages. La réflexion de Paul Virilio sur les trajectoires et les mouvements humains dans le monde actuel est développée à travers un texte inédit et étayée par une sélection d’images marquantes formant un véritable flot visuel.

2008

Broché

20,5 x 28 cm

308 pages

Donner la parole

Recueil de Polaroids couleur de Raymond Depardon, Donner la parole est publié à l’occasion de l’exposition Terre Natale, Ailleurs commence ici en 2009. Au cours d’une dizaine de voyages de l’Amérique centrale à l’Amérique du Sud en passant par l’Europe et l’Afrique, Raymond Depardon est allé à la rencontre de populations attachées à leur terre et à leur langue : Kawésqar, Chipaya, Quechua, Mapuche, Afar, Occitans, Bretons, Guarani et Yanomami. Sous la forme d’un carnet de voyage, Raymond Depardon recueille les propos de ces personnes dans leur langue maternelle et les accompagne des Polaroids couleur qu’il a pris lors de ces rencontres. À travers leur portrait, ces populations expriment le lien fort qui les unit à leur terre et à leur culture, offrant un témoignage émouvant de la relation intime qui existe entre terre, parole et mémoire.

2008

Relié

16,5 x 21,5 cm

168 pages

Villes / Cities / Städte

En réponse à une commande de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, Raymond Depardon réalise en 2004 7 films puis 5 films en 2006 à Rio de Janeiro, Shanghai, Tokyo, Berlin, Moscou, Addis-Abeba, Le Caire, Buenos Aires, New York, Johannesburg, Dubaï et Paris. Le photographe s’est donné trois jours dans chaque ville, équipé d’un appareil photo vertical, d’une caméra Aaton et de 10 boîtes de film Kodak A-Minima de 5 minutes. Le catalogue réalisé à l’occasion de l’exposition au Museüm für Fotografie de Berlin en 2006 rassemble les photographies prises par l’artiste à l’occasion de ses courts séjours dans ces villes. On y retrouve le regard du voyageur, son goût prononcé pour l’instant et le spectacle du monde.

2007

Broché

17 × 22,6 cm

296 pages

Le Désert américain

La nouvelle édition de cet ouvrage dans la collection Bibliothèque Hazan remet à la disposition du public un des ouvrages les plus émouvants de Depardon confronté à la fois au temps de la disparition, à ses boucles et au vide des grande espaces. L’accident, c’est la mort brutale d’Olivier Froux, le monteur de ses films depuis Numéros Zéro, au moment même où ils allaient commencer ensemble le montage de Faits divers. Le premier plateau, c’est l’Amérique comme rêve d’enfance et comme pays du cinéma. Le deuxième, c’est le voyage qui se confond pour Raymond Depardon, où qu’il aille, avec la fascination des déserts. Plusieurs voyages se superposent dans les images californiennes de ce livre : le dernier voyage avec Olivier Froux et un voyage dans le désert des studios d’Hollywood. Le dernier plateau, c’est celui d’une interrogation de Depardon cinéaste sur le montage, comme un fil qui relie tous les autres : le voyage, la mort et la traversée du désert. Un texte de Serge Toubiana ouvre le livre.

2007

Broché

13,5 x 20 cm

160 pages

P.P.P

Photographies de Personnalités Politiques

Depuis ses débuts, Raymond Depardon a photographié des hommes politiques. Il a réuni 91 de ces photographies, certaines prises au vol lors de reportages, d'autres au cours de séances " plus personnelles ". Il a choisi autant de personnalités étrangères que françaises et, parmi ces dernières, autant de représentants de la gauche que de la droite. Chacune est accompagnée d'un texte bref ou plus long qui indique les conditions dans lesquelles la photo a été prise et les impressions du photographe. Si cet album est comme un résumé, à travers ces portraits, de la vie politique des 35 dernières années, d'Allende à Goukouni Wedeye, Président du Tchad, de Martine Aubry à Dominique de Villepin, son intérêt est surtout de montrer l'évolution de la photographie politique au cours de cette période, les façons de travailler du photographe en fonction de l'évolution technique des appareils de prises de vue et surtout de l'importance qui lui est de plus en plus reconnue. Des ministres de la Ve République qui reçoivent le reporter deux minutes entre un " bonjour " et un " merci ", on est passé à des rapports beaucoup plus chaleureux, parfois si familiers qu'ils gênent le photographe.

2006

Broché

25 x 18 cm et 11 x 18 cm

176 et 192 pages (poche)

New York

L'été 1981, Libération, à la recherche d'un nouveau rapport texte-image, commande à Raymond Depardon une image de New York légendée, chaque jour du 2 juillet au 7 août. Les Cahiers du cinéma, alors dirigés par Serge Toubiana, décident de porter le projet jusqu’au bout en demandant à Alain Bergala d’écrire un texte-manifeste qui éclaire leur enjeu. Le livre paraît en 1981. Vingt-cinq ans plus tard, Raymond Depardon et Alain Bergala décident de redonner vie à cet ouvrage, épuisé depuis plusieurs années, reconnu et recherché comme un classique. Raymond Depardon plonge dans ses archives, refait des tirages, Alain Bergala renoue le dialogue et reprend la réflexion dans un entretien illustré au cours duquel les deux complices reviennent sur l'histoire de la photo, les influences croisées de l'Amérique et de la France, ce qui s'est joué au début des années quatre-vingt et ce qu'il en est advenu depuis.

2006

Broché

16 x 22 cm

128 pages

La solitude heureuse du voyageur

« La Solitude heureuse du voyageur est un choix de photographies tiré de mes voyages, rempli de déserts, de villes et de chambres d’hôtel. Comme pour Notes, mon premier livre fondateur, il y a toujours la place d’une femme aimée au bord du cadre, comme si je photographiais mon désir et que le paysage me renvoyait un moi enfin apaisé. » Raymond Depardon

2006

Broché

11 x 18 cm

192 pages

1/1

J.O.

« Tout jeune reporter-photographe, je suis envoyé à Tokyo en 1964. Le Japon accueille les premiers jeux Olympiques modernes. La télévision découvre le sport. Ses images, bien qu'elles soient encore en noir et blanc font des athlètes des stars authentiques et solitaires. Aux Jeux de Mexico, en 1968, les champions noirs se dressent contre la ségrégation, poings levés. Ils ont défié les dieux, en longueur, en hauteur, en vitesse. Jamais l'homme n'a été plus près des étoiles. Vient l'époque où sport et politique s'entremêlent, avec le drame de Munich en 1972 et sa meurtrière prise d'otages. Pourtant les Jeux continuent. » Raymond Depardon

2004

Broché

16 x 23 cm et 11 x 18 cm

352 et 312 pages (poche)

Paroles prisonnières

« - Elle était ivre, elle parlait trop lentement... C'était trop pour moi. Vraiment monsieur le procureur, c'était trop, c'était trop vraiment. - « Je l'ai donc frappée. » - J'ai frappé seulement à ce titre. - À coups de poing ? - Non ! Des claques ! - Ça m'étonne un peu, vu le résultat. Bon d'accord. « Je l'ai donc frappée. » - Parce qu'elle est... trop petite je crois, c'est pour ça. - Trop petite pour recevoir des coups de poing ? - Oui, trop. - Alors il faut mettre toute la main donc, si je comprends bien. - Non, elle est trop petite c'est pourquoi elle a eu trop mal. - Elle n'est pas assez résistante finalement. - Voilà. Voilà. Mais elle parle. Elle parle trop. - Elle parle trop, ah bon ! - C'est-à-dire, elle parle des trucs qui énervent ! »

2004

Broché

Format : 13 x 19 cm

80 pages

Images politiques

« La photographie donne à voir des choses dures, des choses belles, une réalité adoucie ou plus violente. Son « instant décisif » est trompeur, il n’est qu’un moment. On s’apercevra tout de suite qu’aucune photo n’est politiquement neutre. » Des chapitres, des tranches chronologiques, des noms (Wallonie 1960, Deleuze 1970, Politique française, La guerre d’Algérie…), des photos et des mots recueillis sur chacune : une sélection – difficile- d’une soixantaine de clichés, de ces « images politiques » amassées au fil des ans et des reportages, commandes ou libres déambulations. Des ouvriers du Nord aux combattants afghans, des orphelinats roumains aux asiles psychiatriques italiens, de Berlin à New York, de Genet à Mitterrand… Toutes les facettes du politique avec, pour lien ténu entre elles, le regard de l’artiste.

2004

Broché

16 x 20 cm

110 pages

Paris Journal

« Paris journal » est un mot clé que j'ai inventé pour classer mes photographies que je fais sans sujet particulier. Ni photographies de travail, ni photographies familiales, elles sont faites pour le plaisir et au hasard de mes déplacements dans la capitale. « Je n'ai pas changé d'itinéraire pour faire une photographie de ce livre. Je me suis arrêté le temps de cadrer, d'attendre quelques secondes peut-être mais sans plus ! » [...] Les dernières années, l'arrivée de nouveaux appareils rapides avait contribué à désacraliser la photographie de rue. Il me fallait rassembler presque 30 ans de photographies prises à Paris, des photos faites au hasard de mes déplacements, de mes rencontres, sans histoire particulière, selon l'humeur du jour... On sait qu'il est toujours difficile de photographier près de chez soi. Il y a cette répétition qui annule constamment les autres photographies. Les jours de belles lumières, les jours où, sans le faire exprès, on sort son appareil pour faire seulement une photographie... la bonne ! Et puis les jours, les semaines où l'appareil reste au fond du sac. Parallèlement, j'ai relu mes notes, j'ai fait des choix, écrit des liaisons, repris des citations. J'ai joué le jeu des textes bruts venant de vieux carnets, sans les transformer ou les améliorer, et puis j'ai appelé l'éditeur et j'ai tout envoyé par coursier ».Raymond Depardon

2004

Broché

20 x 23 cm

536 pages

Désert

Un homme sans l'occident

Au début du XXe siècle, un jeune officier engagé dans l'uvre coloniale, le lieutenant Diego Brosset, écrit un roman. Dans ce roman, il se met à la place de l'autre, celui d'en face, celui qui lutte contre lui les armes à la main et que l'Occident n'a pas touché. Témoin et acteur, Diego Brosset ne peut pas oublier le monde qui va disparaître devant lui. Il prévient le lecteur de sa trahison. Il est fou d'embaumer les morts. Seule aurait dû survivre la leçon d'humilité. Mais être humble c'est renoncer aux joies du souvenir. Il rend le plus bel hommage à un inconnu. Nous sommes de l'autre côté, parmi les plus grands chasseurs et nomades du désert. Nous avons la chance d'avoir ce témoignage, c'est l'histoire peu banale d'un habitant du Sahara. C'est l'histoire d'Alifa.

2003

Relié

26 x 17 cm

200 pages

Yanomami

Le principe de l’exposition Yanomami, l’esprit de la forêt, organisée par la Fondation Cartier pour l’art contemporain en 2003, était de provoquer une rencontre entre les chamans du village yanomami de Watoriki, en Amazonie brésilienne, et 5 artistes internationaux. Ces derniers ont tour à tour été accueillis au sein de cette communauté, avant de mettre leurs univers créatifs à l’épreuve des images chamaniques, sans intention d’illustration ni de traduction, mais plutôt à travers le déploiement d’un espace d’« association libre ». Les photographies d’archives, cartes géographiques et œuvres contemporaines réunies dans le catalogue de l’exposition racontent l’expérience unique de ces artistes et l’histoire récente du peuple yanomami. De secrètes correspondances entre art contemporain et pensée mythique affirment le pouvoir de l’image rêvée, pensée ou racontée.

2003

Relié

22 x 28 cm

208 pages

Piémont

l'esprit de la forêt.

2003

1/1

Visa

2002

À tombeau ouvert

Si les accidents de la route sont liés à de nouvelles mobilités, à la qualité des infrastructures et des véhicules, à l'efficience des politiques de prévention et de sanction, etc., ils le sont également à des comportements sociaux et culturels sur lesquels la société doit se réinterroger. Rien ne sert d'incriminer les pouvoirs publics plus que les conducteurs ou inversement. La reconnaissance de l'autre et la conscience d'un bien collectif ne sont pas l'affaire exclusive de l'éducation ou de la justice. Une politique de la sécurité routière ne se forge pas uniquement sur les routes. C'est ce que tentent de montrer les textes rassemblés dans cet essai. Comme en contre-point, des témoignages de victimes ou responsables d'accidents ainsi que de leurs proches nous rappellent à la réalité de la violence de la route, nous confrontent à la mort, au handicap, à la souffrance. Et nous ordonnent l'absolu respect des règles et de l'autre, non en termes édifiants et convenus, mais avec force et sobriété. Parce qu'ils savent ce qu'ils ont perdu. Parce que la route, en France, tue plus de 20 personnes par jour, dont un tiers de jeunes. Avec des photographies et des témoignages réalisés par Raymond Depardon. Et un entretien avec Raymond Depardon.

2000

Broché

22 x 15 cm

179 pages

Corse

Corse : un récit de Jean-Noël Pancrazi et des photographies de Raymond Depardon. Le récit extrêmement personnel de l'écrivain n'est pas un commentaire des images du photographe, pas plus que celles-ci ne sont une illustration du récit. Les résonances qui les unissent sont plus profondes et constituent une approche de la Corse à la fois subtile, grave et singulière, où les clichés ordinaires n'ont aucune part.

2000

Relié et broché (poche)

17 x 17 cm et 11 x 18 cm

84 et 96 pages (poche)

Détours